AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vegas, baby!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophie Durocher
Admin
avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 02/12/2009

Feuille de personnage
Force: 0
Puissance magique : 0
Agilité: 0

MessageSujet: Vegas, baby!    Dim 23 Juil - 18:37

Je me réveille tranquillement et la première chose dont je prends conscience, avant même d’ouvrir les yeux, c’est que je regrette ma soirée d’hier. J’ai les tempes qui battent comme des tambours, la gorge sèche et j’ai terriblement chaud. Je tends les bras vers ma table de chevet pour y attraper mon verre d’eau, mais mes doigts ne rencontrent que du vide. Ça me surprend un peu puis je me souviens que je ne suis pas à la maison. Vegas. Le bureau en entier y a été envoyé pour fêter la fin victorieuse d’un contrat particulièrement difficile. Tout le monde a mis la main au même dossier pour qu’on y arrive. Les patrons ont été enchantés et ont voulu nous féliciter. Je crois d’ailleurs qu’ils sont les seuls à être demeurés dans les bureaux à Pointe-Claire. Il faut que la boîte continue à tourner, et ils ont affirmé qu’ils s’offriraient un cadeau à notre retour.

J’étire les bras au-dessus de ma tête et la couverture du lit glisse. Je réalise par le fait même que je ne porte pas de pyjama. Je souris, amusée. Ça a dû être une soirée très arrosée pour que j’en oublie toutes mes habitudes à l’heure du coucher, moi qui suis l’incarnation même de la routine. Je remonte la couverture par-dessus ma poitrine, pudique bien que je ne partage ma chambre avec personne. Je m’assieds tranquillement sur le bord du lit, étire mes jambes et m’enroule dans le drap pour me rendre jusqu’à la salle de bain. Dont, étrangement, la porte est fermée. Je tourne la poignée, mais elle est verrouillée. C’est le moment que mes oreilles choisissent pour se remettre à fonctionner et me faire réaliser que la douche est en train de fonctionner. Je suis soudain complètement réveillée. Je laisse tomber le drap et me précipite vers ma valise pour trouver mon peignoir, que j’enfile et referme autour de ma taille avec précipitation.

Je ne partage pas ma chambre. Ce sont les mots que je me répète à voix basse. Je ne partage pas ma chambre. Je me dis que peut-être une de mes collègues se sentait mal et que je l’ai amenée avec moi pour être sûre qu’elle soit entourée pendant la nuit. Je me mets à fouiller la chambre du regard en quête d’indices sur la fin de la soirée. J’essaie de me souvenir de la soirée mais tout est flou. Même le début. Je ne vois que mes affaires pour le moment. Mes vêtements de la veille – je crois – disséminés ici et là sur le plancher et le fauteuil. Puis le seau à glace sur la table, deux coupes dont une seule qui porte des traces de rouge à lèvre. Ma couleur. Peut-être que c’est ma secrétaire. Elle ne porte pas de maquillage, sauf un trait de crayon sur les paupières et un peu de mascara. Ma tête fonctionne à toute allure alors que j’explore la pièce en marchant de long en large. Et là je vois.

Sur la poignée de la porte, une cravate. Je dois déjà être blanche mais je me sens blêmir. Un homme. Peut-être Jérôme. Il est gay et on s’entend bien. Pas impossible que je l’aie invité pour terminer la soirée tranquillement. Mais les pantalons sur lesquels je marche en faisant le tour de lit ne sont définitivement pas les siens. Trop sobres. Et trop grands. Jérôme est bâti comme un cure-dent. Je ferme les yeux et les frotte avec mes doigts, fort, jusqu’à en voir des couleurs tourbillonnantes. J’entends la douche qui s’arrête. Je reprends mon souffle et vais me planter devant la porte de la salle de bain à nouveau, les bras croisés. Je frappe avec le plat de la main, fort et rapidement. J’entends un déclic au niveau de la poignée et j’appréhende l’ouverture de la porte. Mon cœur se débat au même rythme que ma gueule de bois. Puis il s’arrête complètement quand mon regard croise celui de Nathan, qui lui se contente de me sourire comme si tout était naturel. Je veux dire quelque chose, mais je m’étrangle et émets un unique hoquet surpris. Je le pousse pour me lancer vers l’évier et m’asperger le visage d’eau froide.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodstainedground.superforum.fr
Nathan Odescalchi

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Vegas, baby!    Dim 23 Juil - 19:46

J’observer le jonc en or qui ceint mon doigt. Je ne sais pas trop quoi en penser. Mes yeux se posent alors sur la femme assisse en face de moi, de l’autre côté de la table. Seule sa tignasse blonde en désordre s’offre à la vue. Atterrée, Sophie Durocher a enfoui son visage dans le creux de ses mains. Ses épaules tressautent, de joie ou de désespoir, je ne saurais dire. Elle n’a pas prononcé un mot depuis son réveil, si l’on ignore les quelques faibles murmures émis un instant plus tôt.

Bon, il faut l’avouer. Je suis tout aussi surpris qu’elle. Se retrouver marier un matin, à Vegas, avec un homme (ou une femme) qu’on n’avait pas revu depuis des mois, cela peut… bouleverser. Je suppose. Ou changer quelques plans. Et puis, bon, quelle chance elle a. Elle aurait pu se retrouver unie avec un vieil imbécile, laid et impuissant. Et non avec un bel homme mature, grand, costaud, fier et fringuant, habile et compétent. Un tantinet têtu et fourbe, peut-être, mais séduisant et parfait.

- La tête se porte un peu mieux? Demandé-je innocemment, portant une coupe de mimosa à mes lèvres.

Une fois la douche prise, j’ai appelé les cuisines et commandé breuvages et nourriture. Étant vampire, je me remets assez bien des excès, chose qui s’avère complètement différente dans le cas des humains. Sophie me jette un regard venimeux. Ses magnifiques yeux bleus sont encore voilés par la douleur, mais son visage semble reprendre peu à peu ses couleurs. J’ai bien cru qu’elle allait s’effondrer dans la salle de bain, en me voyant, et ensuite lorsqu’elle remarqua la curieuse bague à son doigt, puis la mienne.

Je lui versai un verre d’eau et disposai dans son assiette quelques fruits, morceaux de pain et de fromage.

- Tu devrais manger un peu, amour, si tu veux reprendre des forces.

Je lui dédiai un grand sourire, amusé. La situation m’apparaît surréelle. Depuis des années, nous nous convoitons, nous éloignons l’un de l’autre, revenons l’un vers l’autre. J’avais abandonné tout espoir de l’avoir auprès de moi, tout espoir de pouvoir lui témoigner la profondeur de mes sentiments. Serait-ce le destin qui se moque de nous, qui nous force un peu la main ? Va-t-elle exiger que l’on signe les papiers du divorce à l’instant ? Je me surprends à repousser cette pensée désagréable.

- Peut-être un peu de mimosa, très chère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie Durocher
Admin
avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 02/12/2009

Feuille de personnage
Force: 0
Puissance magique : 0
Agilité: 0

MessageSujet: Re: Vegas, baby!    Dim 23 Juil - 23:20

Ça lui ressemble bien ça, pour soigner une gueule de bois, de m'offrir plus d'alcool. Je prends le verre, mais ne le porte pas à mes lèvres. J’évalue si mon estomac pourra le prendre. La réponse est non. Je le pose devant moi et joue avec le pied de la coupe du bout des doigts. Je ne sais pas quoi penser de tout ça. Je regarde la bague à mon doigt, la sienne, puis je continue de regarder ma coupe. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a plus d’un an. Il m’a toujours fait de l’effet, mais le timing n’a jamais été le bon. D’une fois à l’autre, j’en avais pour des semaines, voir des mois avant de parvenir à me le sortir de la tête. La dernière fois, on ne s’était pas parlé. Je ne sais même pas s’il m’a vue. Il était seulement passé de l’autre côté de la rue et mon cœur s’était arrêté de battre. J’en avais échappé ce que je transportais, des dossiers, un café… je ne me souviens plus. Après ça, j’en ai eu pour des mois à repenser à lui, à me retenir à deux mains pour ne pas le contacter. Je m’étais dit que c’était fini. Que je devais renoncer pour de bon et me concentrer sur autre chose. Qui sait… rencontrer quelqu’un. Je croyais avoir réussi à l’exorciser pour de bon. Visiblement je me trompais. Une rencontre à Vegas et on se retrouvait mariés? On en est visiblement au même point qu’au premier jour.

« Comment ça a pu arriver? »

Des bribes de la soirée me reviennent, des morceaux de conversation ici et là. Dans ma tête, ça saute de l’apéro avec les collègues, de quelques plaisanteries dans le casino, puis ici et là, le souvenir de lèvres qui se cherchent dans un coin isolée, de mains qui se fouillent et de vêtements qui s’envolent alors que la clé peine à faire ouvrir la porte de la chambre. Et de la peau. Beaucoup de peau. En plusieurs années à se courir après, on ne s’était à peine volé que quelques rares baisers, et en une nuit on se retrouvait mariés? Je secoue la tête, me lève et sors du petit réfrigérateur une bouteille d’eau gazeuse et quelques glaçons.

Je n’attendais pas vraiment de réponse à ma question. On sait tous les deux que quelque chose se préparait depuis longtemps, qu’un jour, on céderait au même moment. Même moi je savais. Inconsciemment, contre moi-même, mais on savait.

« Qu… qu’est-ce qu’on fait? »

Pour la première fois depuis mon réveil, je le regarde dans les yeux. Deux yeux qui me donnent l'impression que mon peignoir est tombé de mes épaules et que je suis nue devant lui. Deux yeux et un sourire qui me donnent envie de laisser tomber mon peignoir pour de vrai... bon sang!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodstainedground.superforum.fr
Nathan Odescalchi

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Vegas, baby!    Mer 4 Oct - 9:45

Ses grands yeux bleus me dévisagent, confus et hésitants. Et je ne peux résister à l’envie de sourire devant l’absurdité de la situation.

- Eh bien, plusieurs options s’offrent à nous, très chère, bien qu’une seule ne me sied réellement.

Le silence retombe entre nous. Je fais tourner la coupe de mimosa entre mes doigts, plutôt à l’aise, un brin nerveux, faisant mine de réfléchir aux lesdites options.

- Il m’apparaît délicat de demander le divorce, amour, comme nous savons tous les deux que, d’une manière ou d’une autre, nous partagerons nos vieux jours ensemble.

Bon, nos vieux jours, peut-être pas. Notre union nécessite une certaine discussion que je ne suis pas encore prêt à soulever avec elle. Ne la brusquons pas davantage. La bague à son doigt et la promesse d’un mari à ses côtés pour les jours à venir, voire pour les prochaines années, semblent la bouleverser un tantinet.

- Et, en tout honnêteté, je ne divorcerai pas. J’ai passé les dernières années à te suivre, te courtiser et désirer. Mes sentiments pour toi ont toujours été sincères et je connais les tiens à mon égard.

Elle ne réagit pas, ni m’émet un seul son. Je doute que ce soit un bon signe. Ou bien est-elle encore trop secouée pour manifester son désaccord avec toute la véhémence dont elle est capable.

- Vivons ensemble, Sophie, en tant que mari et femme, et bâtissons une famille ensemble. Cela te plait-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie Durocher
Admin
avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 02/12/2009

Feuille de personnage
Force: 0
Puissance magique : 0
Agilité: 0

MessageSujet: Re: Vegas, baby!    Mer 25 Oct - 16:04

Je secoue doucement la tête. Pas pour signifier un refus; seulement parce que c’est la seule chose que je peux faire. Que dire? Que faire? C’est une situation tout à fait impossible dans laquelle on vient de se retrouver. Tout cela pour une soirée de folie au casino. Je cligne des yeux et ose enfin regarder Nathan dans les yeux. Si mon regard exprime mon incompréhension ou de la contrariété, je ne pourrais pas le dire. Je m’en veux d’avoir perdu le contrôle. Je ne suis pas quelqu’un qui perd le contrôle. D’un autre côté… est-ce qu’on se serait trouvés – ou retrouvés, je ne sais trop – si je n’avais pas pris un coup de trop? Est-ce que c’était le seul moyen que l’univers ait trouvé pour nous faire arrêter ce jeu du chat et de la souris? Sûrement, ça aurait pu se faire de façon plus adulte, plus… planifiée? Mon premier mariage a été une grande célébration et s’est avéré un échec. Qu’est-ce qui m’attend avec un mariage dans la chapelle d’un casino? Je fais tourner la bague à mon doigt. Magnifique. A-t-elle réellement été achetée sur un coup de tête ou est-elle en sa possession depuis longtemps? Je la retire de mon doigt et la lui tends. J’ai le temps de voir un éclair sombre passer dans son regard. Je m’empresse de lui donner une réponse avant qu’il ne l’interprète plus.

« Je veux une vraie cérémonie, avec famille et amis. »

Bien techniquement, une fausse puisqu’on est visiblement déjà mariés, mais personne n’a besoin de le savoir.

« Personne ne doit savoir pour cette nuit. Hors de question que ce … mariage à rabais soit connu de quiconque. Ça reste entre nous. »

Et si dans nos vieux jours la démence nous rattrape, peut-être que même nous pourrons l’oublier.

« Annonçons des fiançailles et fixons une date, comme deux personnes civilisées. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodstainedground.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vegas, baby!    

Revenir en haut Aller en bas
 
Vegas, baby!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Las Vegas Baby ! [Thalia & Diego ]
» " Vegas baby ... " {Hally & Lukas}
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Proof :: Ailleurs dans le monde-
Sauter vers: